Tomate : Fruits rouges hypocaloriques

Ces plantes herbacées et annuelles appartiennent à la famille des morelles. Leurs tiges et leurs feuilles pennées sont finement poilues. L’odeur typique émane des poils glandulaires. Lycopersicon esculentum produit de petites fleurs jaune vif qui sont pollinisées par les insectes, le vent ou la main. Après environ deux mois, les fruits se développent et contiennent des graines beiges en forme d’œuf inversé. Sur le plan botanique, ils font partie des baies. Les fruits mûrs deviennent rouges, dans certaines variétés également jaunes, orange, verts ou violets. Outre les formes rondes, il existe également des spécimens en forme de prune, de datte ou de poire et des spécimens sillonnés. Les tomates panicules et les tomates cerises, les tomates œufs, les tomates à côtes et les tomates de bœuf sont populaires, de nouvelles variétés étant ajoutées en permanence et les anciennes étant redécouvertes.

Saison des tomates : toujours disponible

Les tomates sont disponibles toute l’année. Pendant les mois d’hiver, ils viennent principalement d’Espagne, d’Italie, du Maroc et d’Israël. Les produits allemands cultivés en plein air sont principalement disponibles de juin à août.

Conservation : il est préférable de ne pas le mettre au réfrigérateur

Les tomates se conservent mieux à température ambiante. Les températures idéales sont de 12 à 16 degrés, pour les tomates en grappe de 15 à 18 degrés. Les panicules et les tiges doivent rester sur le fruit. La qualité et le goût se dégradent lorsqu’ils sont conservés au réfrigérateur. Comme les tomates émettent de l’éthylène, un gaz qui accélère le mûrissement, d’autres fruits et légumes sensibles à l’éthylène se flétriront et se gâteront plus rapidement s’ils sont stockés ensemble.

Conseils de préparation : en salade, en sauce, en jus ou séché

L’extrémité verte de la tige des tomates, ainsi que les feuilles et les fruits verts non mûrs, contiennent la solanine toxique et doivent être retirés avant d’être consommés. Les tomates non mûres ne doivent pas être consommées ou transformées en raison de leur teneur en solanine. Lorsqu’il est mûr, le légume convient comme ingrédient frais pour les salades. Il peut également être préparé comme une sauce pour les pâtes et la pizza ou comme une soupe. Les produits industriels sont le jus, la pulpe, la poudre, les conserves, la purée ou le ketchup. Les tomates séchées ont un goût particulièrement aromatique.

De nombreuses propriétés médicinales

  • Antioxydant : la tomate doit sa couleur rouge au lycopène qui protège les cellules des attaques radiculaires et au béta carotène qui est un antioxydant majeur jouant un rôle dans la prévention de nombreux cancers et maladies cardio-vasculaires.
  • Excellente pour le foie : la tomate contient des traces d’éléments antitoxiques appelés chlorine et sulfure. La chlorine permet de mieux filtrer les déchets de l’organisme et le sulfure protège le foie contre certains engorgements. La tomate est excellente pour dissoudre les mauvaises graisses et les éliminer plus facilement.
  • Riche en vitamine C (de 10 à 30 mg par 100 g), la tomate contribue à une meilleure assimilation du fer et du calcium.
  • La tomate diminue l’hypertension grâce à sa richesse en potassium.

Précieuse pour la ligne

  • Peu calorique (15 kcal/100g), la tomate ne contient que de faibles quantités de glucides (3 %), protéines (1 %) et lipides (traces). Elle participe donc à une alimentation légère et peu calorique.
  • Constituée à 94% d’eau, la tomate contribue à l’hydratation de l’organisme et favorise l’élimination des toxines.
  • Astuce nutrition : consommée en début de repas, la tomate calme la faim. Riche en fibres, avec une saveur acidulée, elle stimule les sécrétions digestives et favorise l’assimilation des repas.

La tomate, une alliée beauté

  • Un teint éclatant grâce aux graines de tomate : très riche en vitamine B, la tomate est idéale pour tonifier et affiner un épiderme fatigué.
  • La tomate active le bronzage, améliore l’hydratation de la peau et retarde l’apparition des rides grâce au lycopène qu’elle contient.
  • Aide à lutter contre les problèmes de peau
  • La tomate a des propriétés assainissantes et purifiantes, elle est efficace pour traiter les peaux grasses.

Le lycopène, un atout majeur

Pigment de la famille des caroténoïdes, le lycopène donne à la tomate sa couleur écarlate… mais, surtout, fait d’elle un chef-d’œuvre pour la santé ! Car l’organisme ne sait pas fabriquer les caroténoïdes, qui ne peuvent donc être apportés que par l’alimentation. Or la tomate et ses dérivés (sauces, soupes ou jus) représentent 85 % de nos apports en lycopène ! Il a été prouvé qu’en consommer plus de 6 mg/jour (l’équivalent de 2 tomates) a des effets bénéfiques sur la santé, notamment pour prévenir certains cancers, comme ceux du poumon, de l’oesophage, du pancréas et de l’estomac, mais également de la prostate, du sein et de l’utérus. Pour le cancer de la prostate, le bénéfice de la consommation a même été évalué récemment par une étude britannique : 10 portions de tomate par semaine réduiraient le risque de 18 %.

C’est toujours grâce au lycopène, décidément fort bienveillant, que la tomate est l’une des meilleures amies de notre système cardio-vasculaire, notamment en luttant contre le mauvais cholestérol et en diminuant l’agrégation plaquettaire (qui facilite la formation de caillots sanguins). Des chercheurs ont ainsi pu montrer que plus l’apport de ce caroténoïde est important, plus le risque de problèmes cardiaques diminue. Les plus gros consommateurs de tomates connaîtraient ainsi un risque réduit de 26 % pour l’insuffisance cardiaque et de 17 % pour les maladies cardio-vasculaires. Enfin, le lycopène réduirait également le risque de diabète de type 2, et protégerait le capital osseux. On le met au menu tous les jours !

Crue et cuite !

Selon les scientifiques, c’est à partir de 6 mg par jour que le lycopène exerce de vrais effets bénéfiques pour la santé, soit l’équivalent de 2 tomates. S’il vous paraît difficile de tenir ce rythme (surtout en hiver), rassurez-vous : le jus de tomate est une excellente alternative, et la sauce encore plus, car la cuisson augmente la biodisponibilité du lycopène, tout comme l’ajout de matière grasse. Autant de raisons pour remplacer les pâtes carbonara par une bonne sauce tomate maison à l’huile d’olive et au basilic, et abuser du jus de tomate (sans vodka bien sûr) à l’apéritif, un jus qui de surcroît présente un faible index glycémique !

La tomate : un antivieillissement !

Qu’à cela ne tienne, il n’est pas nécessaire de traverser la Manche pour trouver des tomates contenant du lycopène. Cet anti-oxydant est présent dans toutes les tomates, en quantité moindre certes, mais il reste le plus puissant des caroténoïdes.

Pour bénéficier au maximum de son action il est conseillé de consommer les produits dérivés de la tomate (jus, ketchup, sauce, pâte de tomate) ou de la faire cuire. Présent dans l’enveloppe cellulaire de la tomate, le lycopène est libéré sous l’action de la chaleur. Les parois de l’enveloppe se brisent et le lycopène libéré peut donc être assimilé plus rapidement et plus facilement par l’organisme.

Pour les amateurs de tomate crue qui désirent tout de même avoir leur dose de lycopène, il faut choisir des tomates bien rouges et mûres et les accompagner d’un filet d’huile d’olive. L’absorption du lycopène n’en sera que meilleure.

Certains ont bien songé à le mettre en gélule, mais aujourd’hui les scientifiques ne savent pas encore le synthétiser.

Recette de soupe glacée au melon et au gingembre
Quels sont les types de farines sans gluten ?