Comprendre ce que c’est la thyroïde

Les maladies thyroïdiennes peuvent avoir plusieurs visages. Les plaintes sont souvent peu spécifiques au début, ce qui rend souvent le diagnostic difficile. Si le problème est enfin identifié, la recherche de la cause, qui est encore plus problématique, commence. Pourquoi le corps a perdu le contrôle de la glande thyroïde ? Qu’est-ce qui a irrité le petit organe au point qu’il fonctionne trop ou trop peu ou qu’il est peut-être atteint d’une inflammation chronique ?

La glande thyroïde a des fonctions immensément importantes

Une maladie de la glande thyroïde doit bien sûr être évitée autant que possible, car c’est l’un des plus petits organes de votre organisme qui doit remplir une multitude de tâches importantes.

Grâce à la production équilibrée de ses hormones thyroïdiennes, il contrôle le métabolisme de chaque cellule du corps ainsi que les besoins énergétiques de l’organisme.

Il régule le rythme cardiaque ainsi que l’équilibre thermique, active l’absorption d’oxygène par les cellules et les tissus, stimule la fonction respiratoire et intestinale et augmente la réactivité des tissus nerveux et musculaires.

En outre, la glande thyroïde joue un rôle décisif dans le développement de l’être humain, car la croissance et l’intelligence sont également contrôlées de manière si importante par elle que l’hypothyroïdie chez les enfants entraînait autrefois de graves handicaps mentaux et physiques.

Compte tenu de ces diverses tâches, il n’est pas surprenant que l’ensemble de l’organisme puisse être déséquilibré si cette glande importante ne fonctionne plus correctement.

La production d’hormones de la glande thyroïde

La glande thyroïde produit les hormones triiodothyronine (T3) et thyroxine (T4). La T3 est l’hormone active, tandis que la T4 est la forme de stockage de cette hormone. La T4 peut être reconvertie à tout moment en T3, la forme active, si nécessaire.

Le principal composant de la glande thyroïde est l’oligo-élément iode. La glande thyroïde le prélève dans les aliments et le stocke dans ses tissus. Avec des protéines spéciales, la glande thyroïde produit ses hormones à partir de celui-ci.

Le moment où ces hormones sont mises à la disposition de l’organisme, et en quelle quantité, est déterminé par l’hypophyse, une glande hormonale de niveau supérieur qui contrôle l’ensemble du système hormonal de l’organisme.

En cas de carence en hormones thyroïdiennes, l’hypophyse libère une hormone (TSH*) qui déclenche la production de T3 et de T4. Lorsqu’il y a un excès d’hormones thyroïdiennes, l’hypophyse freine la libération de la TSH. De cette façon, la glande thyroïde apprend qu’elle aussi peut arrêter sa production d’hormones.

*TSH = Hormone de stimulation de la thyroïde

Les effets des maladies de la thyroïde

Si la production d’hormones thyroïdiennes est déséquilibrée, une hyperthyroïdie ou une hypothyroïdie se développe et un goitre ou une inflammation du tissu thyroïdien peut apparaître. Toute forme de maladie thyroïdienne a toujours un impact sérieux sur le bien-être des personnes concernées. Ainsi, en cas d’hyperthyroïdie, on peut observer une agitation intérieure, des tremblements, des palpitations, une irritabilité fréquente, une perte de poids malgré un bon appétit, une transpiration excessive, une perte de cheveux et une baisse de la libido. En cas d’hypofonctionnement, en revanche, apparaissent la constipation, la prise de poids, le manque de dynamisme, le manque de concentration, l’humeur dépressive, etc.

L’hypothyroïdie

Les causes connues d’une glande thyroïde insuffisamment active, également appelée hypothyroïdie, peuvent être multiples. S’il existe un trouble de la glande elle-même, on parle d'”hypothyroïdie primaire”.

L'”hypothyroïdie secondaire” est due à un trouble de l’hypophyse et l'”hypothyroïdie tertiaire” est associée à un dysfonctionnement de l’hypothalamus (le centre de régulation le plus élevé de tous les processus végétatifs et endocriniens).

Hypothyroïdie primaire

C’est de loin la forme la plus courante d’hypothyroïdie. Elle peut être congénitale (lorsque la glande est trop petite ou même absente) ou acquise au cours de la vie. Si l’hypothyroïdie est acquise, la cause est généralement une carence en iode. L’effet extérieurement visible de cette carence est une hypertrophie de la glande thyroïde. Mais une hyperthyroïdie antérieure trop médicamenteuse, ainsi que l’effet d’une thyroïdite persistante, peuvent également être à l’origine d’une hypothyroïdie primaire.

Hypothyroïdie secondaire

Dans cette forme d’hypothyroïdie, la glande thyroïde elle-même se porte parfaitement bien. Le trouble provient de l’hypophyse, qui, en raison d’un dommage, n’est plus en mesure d’envoyer des quantités suffisantes de TSH, l’hormone stimulant la thyroïde. Cependant, l’hypothyroïdie secondaire est rarement rencontrée.

Hypothyroïdie tertiaire

Cette forme d’hypothyroïdie est basée sur un trouble de l’hypothalamus. Comme la connexion entre la glande thyroïde et le cerveau est interrompue par cette anomalie, l’impulsion pour produire des hormones ne parvient plus à la glande thyroïde. Ce trouble est également très rare.

L’hyperthyroïdie

Une production excessive des hormones T3 et T4 entraîne une hyperthyroïdie. Ce développement peut être déclenché par diverses maladies. Les déclencheurs les plus courants sont la maladie de Graves, l’autonomie fonctionnelle et la thyroïdite chronique de Hashimoto.

La maladie de Graves

Dans cette maladie, l’organisme produit divers anticorps qui agissent, d’une part, de manière incorrecte et, d’autre part, de manière totalement incontrôlée dans l’accomplissement de leurs tâches. Certains d’entre eux stimulent les cellules productrices d’hormones de la glande thyroïde de telle sorte que la production hormonale fortement accrue qui en résulte conduit inévitablement à l’hyperthyroïdie. D’autres anticorps, en revanche, considèrent à tort le tissu thyroïdien comme un corps étranger à combattre. Par conséquent, ils attaquent les tissus, ce qui peut déclencher de graves réactions inflammatoires. C’est la raison pour laquelle la maladie de Basedow est également appelée maladie auto-immune.

Les signes typiques de cette maladie sont le goitre et une protrusion plus ou moins prononcée des globes oculaires.

Autonomie fonctionnelle

Dans cette maladie, des parties de la glande thyroïde produisent soudainement des hormones de manière incontrôlée, sans que l’hypophyse puisse les influencer. En conséquence, une hyperthyroïdie se développe. S’il s’agit d’un groupe unique de cellules autonomes (nœuds), on parle de “nœud chaud”. Les zones situées en dehors de ce nœud peuvent encore être contrôlées par l’hypophyse. Contrairement au “ganglion froid”, dans les zones duquel peu ou pas d’hormones sont produites, le ganglion chaud n’est presque jamais “malin”. Les ganglions froids, quant à eux, peuvent devenir malins, ce qui peut entraîner un cancer de la thyroïde.

La thyroïdite de Hashimoto : l’inflammation chronique de la glande thyroïde

Cette forme de thyroïdite, comme la maladie de Graves, fait partie des maladies auto-immunes. Aux premiers stades de cette maladie, l’organisme présente les symptômes typiques de l’hyperthyroïdie.

Comme dans le cas de la maladie de Basedow, il y a formation d’anticorps qui attaquent le tissu thyroïdien, entraînant ainsi une inflammation de cet organe et finalement la dissolution de la glande thyroïde. Les hormones stockées dans les zones d’inflammation sont libérées brusquement dans la phase initiale, de sorte qu’une hyperthyroïdie initiale en résulte.

Toutefois, en raison de la perte croissante de tissu thyroïdien sain et actif, la glande thyroïde finit par perdre sa capacité à produire des hormones à un rythme suffisant. Cette maladie entraîne donc à terme une carence en hormones thyroïdiennes et donc une hypothyroïdie.

Les causes des maladies de la thyroïde

Les causes des maladies thyroïdiennes sont évidemment différentes, mais elles ont un point commun : l’organisme affecté était tellement limité dans sa capacité de régulation en raison d’une surcharge qu’il n’a pu empêcher le développement de ces maladies.

À la lumière de ces éléments, la question se pose naturellement de savoir quels sont les stress qui peuvent avoir conduit à une surcharge et être ainsi responsables de la maladie thyroïdienne correspondante.

Si l’on part du principe qu’un organisme relativement peu stressé et bien approvisionné en nutriments et en substances vitales peut maintenir toutes ses fonctions de manière autonome, il est clair que dans le cas d’une maladie, quelle qu’elle soit, il doit y avoir soit une surcharge, soit une carence. Dans le pire des cas, les deux facteurs se conjuguent.

Neuf mesures holistiques pour les maladies de la thyroïde

Le corps nous fait prendre conscience du développement expliqué en envoyant différents signaux (symptômes). Cela s’applique en principe à tous les symptômes y compris ceux des maladies de la thyroïde.

Par conséquent, les premières mesures à prendre devraient être de traiter de manière intensive les thèmes de la nutrition et du soulagement du corps.

1. Avoir une alimentation riche en substances vitales

En général, le corps a besoin d’une alimentation saine et riche en substances vitales pour maintenir le bon fonctionnement de l’organisme. Dans ce cas, de grandes carences peuvent s’être développées au fil des ans, que le corps ne peut plus compenser. La carence qui est apparue affecte automatiquement la capacité de régulation de l’organisme, de sorte que, bien entendu, la fonction thyroïdienne peut également être affectée.

C’est pourquoi votre alimentation doit à l’avenir être riche en substances vitales et en surplus alcalins et se composer exclusivement d’aliments qualitativement irréprochables, afin que votre corps soit à nouveau approvisionné de manière optimale avec tout ce dont il a besoin pour rétablir sa capacité de régulation.

2. Effectuer un nettoyage du côlon

Pour que l’organisme puisse utiliser de manière optimale les aliments riches en nutriments et en substances vitales, une fonction intestinale saine est nécessaire. Les flatulences, la constipation ou la diarrhée indiquent une absorption perturbée des nutriments et des substances vitales, ce qui empêche une évolution positive de l’état de santé. Si vous êtes affecté par ces symptômes, vous devez penser à une réhabilitation intestinale le plus rapidement possible.

3. Une désintoxication est bonne pour vous

Les métaux lourds et divers produits chimiques présents dans les aliments, les plombages dentaires, les vêtements, les produits de nettoyage, etc. peuvent altérer considérablement le contrôle sensible de la glande thyroïde. Par conséquent, l’exposition chronique aux polluants doit absolument être prise en compte en cas de maladie de la thyroïde.

Si c’est effectivement le cas, vous feriez bien d’utiliser des composants détoxifiants tels que les algues chlorella, la bentonite ou des produits similaires en plus des recommandations ci-dessus. De cette manière, les substances nocives peuvent être liées et éliminées via les intestins ou les reins.

4. Antioxydant

Lors d’une thyroïdite, l’organisme active davantage de radicaux libres pour soutenir son système immunitaire. Toutefois, si leur nombre dépasse les besoins réels, ils peuvent avoir un effet contraire en déclenchant constamment de nouveaux processus inflammatoires.

Une surabondance de radicaux libres peut également être déclenchée par de nombreux autres facteurs. Il s’agit notamment de l’exposition aux métaux lourds et aux produits chimiques mentionnée, d’une intolérance au gluten et d’autres intolérances alimentaires, de situations de stress physique et mental prolongé, et de bien d’autres choses encore.

Les radicaux libres ne peuvent être stoppés que par des piégeurs de radicaux puissants, les fameux antioxydants. C’est pourquoi vous recommandez de soutenir le pouvoir antioxydant d’une alimentation riche en substances vitales avec des antioxydants puissants pour tous les processus inflammatoires y compris ceux de la glande thyroïde.

Il s’agit, par exemple, de l’astaxanthine ou de l’OPC et, bien sûr, de la vitamine C naturelle.

5. Les acides gras oméga-3

Il est également important d’avoir un apport suffisant en acide gras oméga 3, un acide anti-inflammatoire. Dans le même temps, l’utilisation de l’acide gras oméga 6, pro-inflammatoire, doit être réduite au minimum.

6. La vitamine D

Il est également important de veiller à un apport adéquat en vitamine D3, car cette vitamine réduit de manière flagrante la production de cytokines pro-inflammatoires.

7. Exercices et massages à la brosse

En cas d’hypothyroïdie, en plus d’un apport contrôlé en iode et des recommandations déjà mentionnées, il convient bien sûr d’attirer l’attention sur les mesures stimulant le métabolisme. Il s’agit avant tout de faire beaucoup d’exercice en pratiquant des sports d’endurance.

Mais des stimuli forts comme des douches alternées, des bains de pieds ascendants ainsi que des massages à la brosse sur tout le corps ont également un effet très positif.

8. Relaxation

L’hyperthyroïdie nécessite des mesures contraires. Ils doivent servir au retrait de la chaleur et à la relaxation, car ces processus amortissent l’activité de la glande thyroïde.

Par conséquent, le bain de foule, les enveloppements froids des mollets et du cou et les lavages frais du haut du corps sont particulièrement adaptés.

Pour calmer le système nerveux, la prise de valériane, de mélisse ou de houblon convient ainsi que des bains tièdes (pas chauds !), relaxants et calmants. La méditation, le training autogène, le Tai Chi ou d’autres formes d’exercices calmants similaires sont également très utiles.

9. Résoudre les conflits mentaux

Bien entendu, les problèmes psychologiques peuvent également contribuer à une surcharge de l’organisme. Comme la glande thyroïde représente la croissance et le développement au niveau psychologique, les expériences traumatisantes en particulier, qui se sont produites pendant l’enfance et se sont manifestées au cours de la période de développement, peuvent être liées au développement d’une maladie ultérieure de la thyroïde.

Des sentiments hostiles, des peurs inexplicables ou une forte agressivité ne sont que quelques-uns des effets possibles qui prennent racine dans l’enfance et peuvent se manifester sous forme de maladie thyroïdienne à l’âge adulte.

Par conséquent, il est recommandé ici de concrétiser un stress mental éventuellement donné avec l’aide d’un thérapeute expérimenté, afin qu’il puisse enfin être résolu. Souvent, le problème de la thyroïde est résolu en même temps.

Soutenir votre organisme en cas de maladie de la thyroïde

Les maladies thyroïdiennes peuvent affecter de manière significative la qualité de vie. Du point de vue de la médecine conventionnelle, une médication essentiellement permanente (jusqu’à la chirurgie) est considérée comme la seule thérapie possible pour la glande thyroïde. Cependant, comme vous le savez maintenant, vous pouvez participer activement au rétablissement de votre glande thyroïde vous-même. Plus vous soulagez durablement votre organisme (voir mesures utiles), plus il disposera d’énergie pour réguler les fonctions thyroïdiennes déséquilibrées.

Votre corps est donc tout à fait capable de se guérir lui-même dans de nombreuses situations. Cependant, vous devez le soutenir dans cette démarche si vous ne voulez pas être dépendant des médicaments pour le reste de votre vie.

Pour obtenir des informations sur les symptômes, les causes possibles, le diagnostic approprié et l’approche holistique de l’hypothyroïdie, veuillez vous reporter aux liens respectifs de cette phrase.

Remarque : si vous prenez déjà des médicaments pour la thyroïde, n’arrêtez jamais de les prendre de votre propre chef. Des symptômes mettant la vie en danger pourraient se développer. Dans le meilleur des cas, les médicaments peuvent être abandonnés progressivement et encore, uniquement en consultation et avec l’aide de votre médecin ou d’un praticien des médecines douces.

Conseils en ligne pour choisir une mutuelle pas chère
Les effets de la vitamine D sur le corps